Disparition : Jean-Henri Roger

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le réalisateur Jean-Henri Roger a été terrassé par une crise cardiaque à 63 ans, le 31 décembre. Il n’était sans doute pas le plus connu des cinéastes, mais l’un des plus intègres assurément. Il n’a pas 20 ans quand il arrive de Marseille à Paris, en mai 1968. Il rencontre Jean-Luc Godard dans une école de cinéma, et participe avec lui à un groupe militant de cinéastes, Dziga Vertov. Puis il collabore avec Godard sur des films produits par une chaîne de télévision anglaise. Après Dziga Vertov, il rejoint le collectif Cinélutte : Jean-Henri Roger a toujours eu la fibre politique. Elle s’exprimera plus tard à travers les responsabilités qu’il prendra à l’Acid, à la Société des réalisateurs de films (SRF) ou au Bureau de liaison des organisations du cinéma, associations qu’il a présidées. Alors qu’il continue à enseigner le cinéma à Paris-VIII (l’ancienne université de Vincennes, où il donne des cours depuis 1972), il tourne dans les années 2000 Lulu (2001) puis Code 68 (2005). Ses plus grandes réussites, il les doit à son association avec Juliet Berto, avec laquelle il signe Neige en 1981 (voir ci-dessous) et Cap Canaille deux ans plus tard.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents