Après l’affaire Cahuzac, des jeunes prennent la parole

L’affaire Cahuzac a produit un tel électrochoc dans ce qu’il est convenu d’appeler « l’opinion », qu’il nous a paru intéressant d’entendre un autre discours.

Denis Sieffert  • 18 avril 2013
Partager :

Et si on donnait la parole à des jeunes ? L’affaire Cahuzac a produit un tel électrochoc dans ce qu’il est convenu d’appeler « l’opinion », qu’il nous a paru intéressant d’entendre un autre discours que celui des politiques, des journalistes ou des fameux « experts » qui se relaient sur les plateaux de télévision, et parfois dans nos colonnes. Nous ne cherchons d’ailleurs pas à opposer à ceux-là une parole de la base ou du peuple. D’autant plus, soyons clairs, qu’il ne s’agit pas ici d’un « panel » représentatif, ni de jeunes venus de nulle part.

Nous sommes allés à la rencontre de militants d’ACLefeu, association fondée en 2005 par des habitants de Clichy-sous-Bois et animée par Mohamed Mechmache. Ces militants sont engagés dans une action civique, notamment pour convaincre les jeunes des quartiers de s’inscrire sur les listes électorales et de voter. Ils n’en mesurent que mieux les dégâts causés par « l’affaire ». Mais, avant qu’ils imaginent les réactions auxquelles ils risquent de se heurter dans les cités, il y a leur propre réflexion. Et leurs efforts pour résister à la tentation du « tous pourris » qui n’est jamais très loin, mais à laquelle ils ne veulent pas céder.

Nous avons pris le parti de laisser libre cours à la conversation. Notre propos n’était surtout pas de porter on ne sait quelle contradiction. Le dialogue, même s’il ne pouvait évidemment être reproduit en totalité, est présenté ici brut de décoffrage. En tant que tel, il est édifiant et passionnant.
Avec le même souci, nous sommes allés voir les jeunes journalistes du Bondy Blog. Avec eux, le sujet était tout trouvé : le rôle des médias dans cette affaire. Au total, si nous avions un conseil à donner à certains politiques, ce serait de lire les pages qui suivent et de les méditer.

Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don