Tromper n’est pas frauder ?

Quoi de commun entre les lasagnes au cheval et les prothèses mammaires au Silop ?

Quoi de commun entre les lasagnes au cheval et les prothèses mammaires au Silop ? La défense de leurs commanditaires : actuellement en procès devant le tribunal correctionnel de Marseille, Jean-Claude Mas, fondateur de PIP, admet la tromperie mais réfute le « risque ». « Le gel PIP n’était pas homologué, mais il était homologable », plaide-t-il. Sous-entendu, le Silop, huile de silicone industriel dont il garnissait ses prothèses mammaires, n’était pas plus dangereux que le Nusil, gel médical conforme. Au…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.