Fiscalité : un si timide espoir…

Si la « remise à plat » ne veut rien dire, la formule produit tout de même un effet subliminal. Elle fait naître une attente.

Les mots ne sont évidemment pas indifférents. Avec sa « remise à plat fiscale », Jean-Marc Ayrault ne nous dit pas grand-chose de ses intentions. Au point que l’on peut même se demander s’il a vraiment des intentions. Les raisons d’en douter sont nombreuses. Un projet de « remise à plat » de notre système fiscal, dont le ministre de l’Économie et des Finances et son collègue du Budget n’avaient pas même entendu parler, et qu’ils ont découvert un beau matin (on exagère à peine !) en lisant les Échos, avouez…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.