Collignon se fait son film

Le cornettiste revisite des bandes originales des années 1970.

Sur la pochette, il a des airs du Delon des années 1980. Sauf que Médéric Collignon ne s’est pas attaqué à une filmographie hexagonale pour son album MoOvies, mais aux univers de Lalo Schifrin, David Shire et Quincy Jones, dans lesquels le cornettiste, saxhorniste et vocaliste s’aventure avec son quartet Jus de Bocse : Emmanuel Harang à la basse, Yvan Robillard au piano et Philippe Gleizes à la batterie. Les trois compositeurs américains dont il est question sont nés dans les années 1930 et sont toujours…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.