Aude Lancelin, frondeuse en chef

Licenciée de L’Obs, la journaliste Aude Lancelin revient dans un livre sur les coulisses de son éviction et décrit une presse gangrenée par les actionnaires et le pouvoir politique.

Ni règlement de comptes ni vengeance. Le Monde libre, paru en octobre [^1], est une autopsie. Celle d’un « grand cadavre à la renverse » nommé la presse « de gauche », aux ordres de tous les pouvoirs depuis qu’elle s’est offerte, pour un plat de lentilles, aux milliardaires du CAC 40. La légiste, c’est Aude Lancelin, ex-directrice adjointe de la rédaction de l’Obs, racheté en 2014 par le trio Niel-Pigasse-Bergé. Promue la même année pour réveiller les ronronnantes pages « idées » de l’hebdo, elle a si bien…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents