Cette Chine aux deux visages

Alain Wang décrit l’alliance d’une économie ultralibérale et d’un système politique fermé.

La Chine est le pays des superlatifs. Dix-neuf humains sur cent sont aujourd’hui chinois et, depuis le début du XXIe siècle, la population a crû de 60 %. Mais ces chiffres ne rendent compte qu’imparfaitement des transformations que ce pays a connues depuis la mort de Mao, en 1976. Le sinologue Alain Wang décrit et analyse cette évolution dans un ouvrage riche en informations. On est loin, nous dit-il, du temps des vélos et des vieilles limousines Hongqi surmontées de drapeaux rouges, véhiculant les cadres…

Il reste 82% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents