Les ambitions de la gauche marocaine

Bien mal en point depuis vingt ans, la gauche marocaine espère ressusciter lors des élections législatives de ce vendredi.

Bien mal en point depuis vingt ans, la gauche marocaine espère ressusciter lors des élections législatives de ce vendredi. La Fédération de la gauche démocratique (FGD), née en 2007 de l’alliance de trois formations, tente de se frayer un chemin entre les deux principales forces du pays, le Parti de la justice et du développement (PJD), islamiste, qui dirige la coalition de gouvernement depuis 2011, et le Parti authenticité et modernité (PAM), libéral, proche du palais royal. La FGD peut faire valoir une…

Il reste 68% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents