Sentinelles ou cibles ?

Après Orly, c’est la quatrième fois que des militaires de l'opération Sentinelle sont attaqués.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Après l’attaque d’une militaire à Orly où l’agresseur a été abattu, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a immédiatement salué nos braves forces de sécurité et ajouté : « C’est la preuve que l’opération Sentinelle est indispensable. » C’est pourtant la quatrième fois que des militaires de cette opération sont attaqués, après Valence, Nice et le Louvre. On peut s’interroger sur le fait que ces militaires ne constituent pas des cibles parfaites, bien visibles, idéales pour des terroristes, aguerris ou en herbe, ou pour un désaxé, défoncé à la coke et alcoolisé, comme à Orly.


Haut de page

Voir aussi

La bataille de l’information

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents