Cambadélis fait les gros yeux aux « macronistes »

Les sanctions contre les élus socialistes tentés par Emmanuel Macron, annoncées en bureau national par le patron du PS, n’auront qu’une portée limitée. Explications.

Michel Soudais  • 7 avril 2017 abonné·es
Cambadélis fait les gros yeux aux « macronistes »
© Photo : YANN KORBI / Citizenside

Sommé par les proches de Benoît Hamon de réagir aux prises de position de nombreux élus socialistes en faveur d’Emmanuel Macron, Jean-Christophe Cambadélis a présenté, jeudi 6 avril, aux membres du bureau national du PS, un éventail de sanctions sous la forme de « cinq décisions » non soumises au vote. L’équipe de campagne du candidat a paru s’en satisfaire, soucieuse de ne pas « feuilletonner » davantage le sujet des investitures « après le feuilleton des ralliements » à En marche ! Ces décisions mi-chèvre mi-chou sont toutefois à l’image d’un parti qui a renoncé depuis longtemps à trancher entre deux orientations politiques divergentes. Nous les présentons ci-dessous en évaluant pour chacune d’elle sa portée réelle :

1. J’appelle à l’unité des socialistes derrière le candidat issu de la Primaire et validé par la convention nationale : Benoît Hamon ;

C’est bien le moins que pouvait faire le patron du PS. Les termes en sont toutefois plus nets que dans sa lettre aux socialistes du 29 mars, écrite après l’annonce par Manuel Valls de sa décision de voter Emmanuel Macron le 23 avril. M. Cambadélis se contentait alors d’appeler « tous les socialistes au calme, au respect de leurs principes et de leur cohérence pour une gauche qui gouverne et qui transforme ».

2. Je retire le statut de membre du Bureau national à tous ceux qui ont soutenu ou appellent à voter Emmanuel Macron. Ils seront remplacés ;

Qui est concerné ? Cette décision vise six membres de cette instance qui en compte 73 : Malek Boutih, Christophe Caresche, Gérard Collomb, Frédéric Cuvillier, Daniel Vaillant et Jean-David Ciot.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian
Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail
Travail 16 février 2024

Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail

Depuis son arrivée à la tête d’un « superministère » regroupant le Travail, la Santé et les Solidarités, Catherine Vautrin ne s’est que très peu exprimée sur le sujet du travail, abandonnant des agents du ministère inquiets et laissant les politiques libérales être décidées à Matignon.
Par Pierre Jequier-Zalc
Sextape, chantage et harcèlement au Sénat : la gestion Larcher sous le feu des critiques
Sénat 13 février 2024

Sextape, chantage et harcèlement au Sénat : la gestion Larcher sous le feu des critiques

Pour la première fois, le docteur El Hassan Lmahdi, le médecin qui a révélé le scandale du Sénat qui embarrasse son président Gérard Larcher, témoigne.
Par Nils Wilcke
Robert Badinter s’est battu pour «les droits humains à chaque seconde de sa vie »
Décès 9 février 2024

Robert Badinter s’est battu pour «les droits humains à chaque seconde de sa vie »

Ceux qui ont connu l’avocat et ancien garde des Sceaux, mort à 95 ans, racontent le courage d’un « homme épris par l’idée de justice ». Il incarne le combat contre la peine de mort et pour la défense des droits des homosexuels.
Par Lucas Sarafian