Pédophilie : le cardinal Barbarin jugé en avril 2018

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Il avait d’abord bénéficié d’un « classement sans suite ». Finalement, le cardinal Philippe Barbarin sera jugé du 4 au 6 avril 2018 pour non-dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs commises par un prêtre (le père Bernard Preynat) dans son diocèse de Lyon, voilà plus de 25 ans, alors qu’il en était informé et a maintenu le père dans ses fonctions, a annoncé ce mardi le tribunal de Lyon.

La date du procès a été fixée par la 6e chambre correctionnelle, devant laquelle l'archevêque de Lyon comparaîtra avec cinq autres personnes liées au diocèse de Lyon et Mgr Luis Ladaria Ferrer, préfet de la Doctrine de la foi, au Vatican, c’est-à-dire le gardien du dogme (la fonction la plus prestigieuse après le pape au Saint-Siège). Dans ses fonctions précédentes, il avait en effet conseillé par écrit au cardinal Barbarin de « prendre des mesures disciplinaires adéquates tout en évitant le scandale public ». Il est ainsi visé maintenant pour « complicité » pour n’avoir pas ordonné au cardinal la saisie de la justice civile.

Cette procédure a été lancée par dix victimes du père Preynat, mis en examen en 2016 pour abus sexuels jusqu’en 1991 sur plusieurs scouts – « au moins 70 enfants », selon le diocèse lyonnais. Mais, selon Nadia Debbache, avocate des plaignants, « ce n'est pas l'affaire d'un seul homme : tout le monde à son échelon a participé, y compris au sein du Vatican ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents