Répression au Cameroun

Des séparatistes anglophones camerounais ont été tués ce week-end.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Au moins sept personnes ont été tuées par les forces de l’ordre le week-end dernier dans les régions anglophones du Cameroun. Les victimes sont des séparatistes anglophones qui avaient choisi de proclamer unilatéralement l’indépendance de leurs régions le 1er octobre, date anniversaire de l’indépendance du pays, en 1961. Depuis novembre 2016, la minorité anglophone, qui représente environ 20 % des 22 millions de Camerounais, proteste contre ce qu’elle appelle sa « marginalisation » dans la société. Le Cameroun est dirigé depuis 1982 par Paul Biya, qui en est à son quatrième mandat, et qui est connu pour ses dépenses somptuaires lors de fameux « séjours privés » aux frais du pays.


Haut de page

Voir aussi

Des écrans de fumée ?

Pédopsy : Nos futurs
par ,

Blog

 lire   partager

Articles récents