Dossier : Urgence climatique : Une révolution vitale

Urgence climatique : Une révolution vitale

Le thermomètre, côté monde réel, pointe vers + 3,5 °C d’ici à la fin du siècle. La planète promet d’être méconnaissable et hostile. « L’urgence » est donc de prendre la mesure du défi qui attend nos sociétés, avec lucidité et responsabilité.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


De combien de conférences « de la dernière chance » avons-nous été les témoins ? Ne doutons pas que la COP 23 s’ouvrira à Bonn le 6 novembre sur un appel vibrant à « l’urgence d’agir ». La fébrilité oratoire enfle en écho à l’impuissance des conclaves devant une catastrophe climatique déjà à l’œuvre. Le fameux Accord de Paris de la COP 21, en 2015, reste une incantation magique sous le nez du dragon : alors qu’il faudrait éviter de réchauffer la planète de plus de 2 °C (voire 1,5 °C), la somme des engagements nationaux de réduction des émissions de CO2 ne couvrirait qu’un tiers du chemin. Les chances de parvenir à l’objectif sont désormais infimes. C’est un secret de polichinelle. Mais il semble bien gardé : la COP 23 ne fera qu’œuvrer à la mise au point de l’Accord mineur de Paris, qui de plus n’entrera en vigueur qu’en 2020.

Le hiatus est énorme. Le thermomètre, côté monde réel, pointe vers + 3,5 °C d’ici à la fin du siècle. Cette planète en surchauffe promet d’être méconnaissable et hostile. Tout aura probablement valsé – régime des pluies, agriculture, niveau des mers, écosystèmes, économie, paix, démocraties… Les conditions même du maintien de la vie telle que nous la connaissons seront menacées. Jusqu’à un « effondrement », théorisent certains.

« L’urgence » est donc de rappeler les termes cliniques de ce qui nous attend, ampleur et échéances, non pour professer l’apocalypse les bras ballants, mais pour prendre la mesure du défi qui attend nos sociétés, avec lucidité et responsabilité. De nombreux militants et intellectuels se sont mis en branle depuis longtemps. La radicalité de leurs ambitions et de leurs actions prend aujourd’hui toute sa pertinence.

NB : Le 10 novembre, Politis organise avec Attac un colloque dédié à ces questions : « Catastrophe climatique, un défi pour l’imagination, un défi pour l’action ».

À lire dans ce dossier :

• Climat : Cet ouragan qui va frapper

• L’effondrement, une idée qui monte

• Demain, habiter la Terre

• Valérie Cabanes : « Reconnaître le crime d’écocide »

• Le chaos est déjà en marche


Haut de page

Voir aussi

Articles récents