Allemagne : la valse hésitation du SPD

Le parti social-démocrate se tâte pour savoir s’ils formera une grande coalition avec Angela Merkel.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Ira, ira pas ? Les membres du Parti social-démocrate allemand (SPD) se tâtent pour savoir s’ils formeront une grande coalition avec la droite d’Angela Merkel (CDU).

Le parti de Martin Schulz est coincé : soit il rempile pour une alliance confusionniste que ses électeurs ne lui pardonneront pas ; soit il prend le risque de forcer les électeurs à retourner aux urnes, quitte à ce que les voix pour l’extrême droite flambent plus encore.

Fin du suspense le week-end prochain, lors du congrès du SPD à Berlin, là où sera tranché ce dilemme cornélien.


Haut de page

Voir aussi

Élections au Brésil : « Dégage, Bolsonaro ! », le cri des peuples de la forêt

Monde accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.