Allemagne : la valse hésitation du SPD

Le parti social-démocrate se tâte pour savoir s’ils formera une grande coalition avec Angela Merkel.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Ira, ira pas ? Les membres du Parti social-démocrate allemand (SPD) se tâtent pour savoir s’ils formeront une grande coalition avec la droite d’Angela Merkel (CDU).

Le parti de Martin Schulz est coincé : soit il rempile pour une alliance confusionniste que ses électeurs ne lui pardonneront pas ; soit il prend le risque de forcer les électeurs à retourner aux urnes, quitte à ce que les voix pour l’extrême droite flambent plus encore.

Fin du suspense le week-end prochain, lors du congrès du SPD à Berlin, là où sera tranché ce dilemme cornélien.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents