Lyon-Turin, tunnel temporel

Le projet de ligne à grande vitesse va-t-il être abandonné ?

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Après Notre-Dame-des-Landes, l’abandon en douceur de la ligne Lyon-Turin ? Des similitudes de méthode sont perceptibles. En juillet 2017, Élisabeth Borne, ministre en charge des Transports, indiquait que le projet était concerné par la « pause » dans la construction de nouvelles infrastructures. Le rapport qui vient de lui être remis le confirme : il préconise un renforcement de lignes dans la région de Chambéry. Et ce plutôt qu’une nouvelle liaison vers le tunnel ferroviaire très décrié, une ligne jugée de « seconde priorité » et non nécessaire avant 2035 ou 2040. Pour les opposants, la logique voudrait que cette analyse défavorable s’étende à l’ensemble du projet.

À lire aussi >> Tous nos articles autour du projet de ligne à grande vitesse Lyon-Turin


Haut de page

Voir aussi

Atakalamou el Arabiya

Un prof sur le front
par ,

Blog

 lire   partager

Articles récents