Finance : Vol au-dessus d’un nid de vautours

La Belgique tente d’encadrer pour la première fois l’activité des fonds qui génèrent des bénéfices exorbitants en forçant des États surendettés à rembourser de vieilles créances.

Un front de douze magistrats grisonnants trône en surplomb d’une poignée d’avocats, sous les ors de la Cour constitutionnelle belge. La petite salle feutrée, accessible par une porte dérobée au coin de l’imposante place Royale, à Bruxelles, est exceptionnellement comble, serrée dans un silence de cathédrale. Une solennité qui tranche avec l’impudence des personnages. Ce 7 mars, c’est le « fonds vautour » NML Capital qui comparaît. Ou plutôt ses avocats, venus soutenir un recours en annulation déposé contre…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.