Dossier : Coupe du monde : Poutine, le foot allié

À Saransk, beaucoup de roubles pour rien

La plus petite des villes russes accueillant le Mondial, où l’ultramoderne côtoie le décrépit, a été ripolinée à grands frais, mais sans bénéfice pour la population et sans perspective pour l’après-2018.

On ne vient certes pas à Saransk par hasard. De la patience, il en faut pour rejoindre cette ville de 315 000 âmes depuis Moscou, à quelque 650 km de là. Car ces dernières années, les conditions de transport qui s’offraient au voyageur laissaient à désirer. Et à ce titre Saransk s’apparente à des dizaines de villes d’importance similaire en Fédération de Russie. L’avion ? Rapide mais onéreux, avec une desserte irrégulière. Le train ou le bus ? Abordable mais interminable, avec des liaisons peu fréquentes et ponctuées de multiples arrêts. La voiture ? Déconseillée, vu l’état désastreux des routes, même si le covoiturage, avec Blablacar, a conquis les Russes depuis plusieurs années. Et même si, désormais, une nouvelle route, spécialement construite pour l’événement sportif, adoucit le trajet Moscou-Saransk par voie de terre. De quoi contredire quelque peu le célèbre dicton russe selon lequel « la Russie à deux maux : les idiots et les routes ». Il aura ainsi fallu la tenue d’une Coupe du monde de foot pour que la capitale de la République de Mordovie, où quatre matchs sont programmés, devienne plus accessible. Une Coupe du monde égale une nouvelle route, mais aussi une nouvelle gare, entièrement reconstruite pour l’occasion.

Depardieu ambassadeur

Et si la Mordovie et Saransk vous disent malgré tout quelque chose, hormis pour les nombreuses colonies pénitentiaires, il y a fort à parier qu’elles le doivent à un Français, aussi célèbre dans l’Hexagone que sur tout le sol ex-soviétique. C’était en janvier 2013 : Gérard Depardieu fraîchement détenteur d’un passeport russe, remis par Vladimir Poutine dans sa résidence secondaire de Sotchi, était fait citoyen de Saransk en grande pompe. Là, célébré par des autorités locales ravies que l’acteur bien-aimé des Russes réponde à leur invitation (et à celle de son ami, le producteur de cinéma russe Nikolaï Borodatchev, lui-même originaire de Mordovie), Depardieu élisait résidence, le temps d’un court séjour, au 1, rue de la Démocratie à Saransk, et projetait de devenir un entrepreneur local, d’ouvrir un restaurant ou une boulangerie peut-être. L’acteur franco-russe donnera plus tard son nom au nouveau centre culturel local : le cinéma Gérard-Depardieu. L’acteur aurait même accepté de devenir le nouveau ministre de la Culture de la République de Mordovie. Après quoi, ce sera à peu près tout.

Il reste 73% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Clandestin malgré lui

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents