« Quand l’État n’agit pas », les villes passent à l’action

Tour de France des collectivités qui s’engagent pour l’accueil des migrants.

Vanina Delmas  • 10 octobre 2018 abonné·es
« Quand l’État n’agit pas », les villes passent à l’action
© photo : Steven Wassenaar / Hans Lucas / AFP

Strasbourg

Maîtresse en son domaine

« Nous sommes une ville-frontière », rappelle Marie-Dominique Dreyssé, adjointe Europe Écologie-Les Verts à la mairie de Strasbourg, en charge de l’action sociale territoriale. Chaque année, la ville accueille plus de 3 500 demandeurs d’asile. « De par sa situation géographique, démographique et sociale, Strasbourg voit arriver beaucoup de personnes », constate l’élue alsacienne.

Si on est loin du mythe du « tsunami migratoire », Marie-Dominique Dreyssé note une augmentation importante des arrivées ces dernières années, « environ 20 % ». Une situation à laquelle la ville

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 6 minutes