« Quand l’État n’agit pas », les villes passent à l’action

Tour de France des collectivités qui s'engagent pour l'accueil des migrants.

Strasbourg Maîtresse en son domaine « Nous sommes une ville-frontière », rappelle Marie-Dominique Dreyssé, adjointe Europe Écologie-Les Verts à la mairie de Strasbourg, en charge de l’action sociale territoriale. Chaque année, la ville accueille plus de 3 500 demandeurs d’asile. « De par sa situation géographique, démographique et sociale, Strasbourg voit arriver beaucoup de personnes », constate l’élue alsacienne. Si on est loin du mythe du « tsunami migratoire », Marie-Dominique Dreyssé note une…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents