Poor lonesome cow-boy

Jean-Michel Espitallier redonne vie à un grand-père qu’il n’a pas connu, émigré aux États-Unis au début du XXe siècle avant de revenir dans ses Hautes-Alpes natales.

Christophe Kantcheff  • 4 mars 2020 abonné·es
Poor lonesome cow-boy
© ANNA ASSOULINE

Cow-boy. Ce mot apposé sur la couverture d’un livre et toute une mythologie surgit ! Avec en outre et en surimpression la représentation familière d’un homme juché sur un cheval, chapeau mou sur la tête, colt sur le côté et jambières en cuir. Jean-Michel Espitallier attise les images a priori, celles de la conquête de l’Ouest et des westerns. Mais le texte qu’il délivre

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 4 minutes