Un reconfinement de retard

Avec la nouvelle flambée de l’épidémie de Covid-19, l’histoire se répète.

Gilles Wullus  • 4 novembre 2020
Partager :
Un reconfinement de retard
© Antoine Wdo / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

« Un confinement de retard », affichions-nous en une de Politis le 19 mars. L’histoire se répète, avec une nouvelle flambée de l’épidémie de Covid-19. Et des informations qui montrent que cette deuxième vague sera plus meurtrière que la première. L’expérience du printemps montre que le confinement est efficace pour freiner le virus, non pour l’éteindre – seuls un vaccin ou un traitement y parviendront. Or le frein est d’autant plus efficace que le couvercle est étanche : les demi-mesures, tel le couvre-feu, n’ont guère d’impact. Plusieurs voix appelaient à un confinement strict dès la rentrée de septembre, pour espérer un répit avant la fin de l’année.

Le gouvernement n’en a pas pris le chemin, inquiet sans doute d’une mesure impopulaire alors que sa crédibilité était déjà très entamée. Des ministres ont préféré se précipiter dans les surenchères extrémistes après l’ignoble assassinat de Samuel Paty, pensant ainsi détourner l’attention. Jean-Michel Blanquer le premier, qui semble totalement indifférent au sort des enseignant·es, livré·es à un protocole sanitaire indigent. Le 28 octobre, Emmanuel Macron a répété que la France vivait la même crise que ses voisins européens ; c’est vrai, mais il omet de dire que nos voisins ont préparé la rentrée en mobilisant des lieux et du personnel pour garantir l’enseignement. Les profs, le personnel des Ehpad et des hôpitaux, les quartiers populaires déjà délaissés par les services publics, les salarié·es qui ne peuvent télétravailler : une immense part de la population est appelée à monter au front sans sourciller et sans espérer grand-chose en compensation. Le taux de pauvreté a déjà explosé et va sans nul doute s’accroître encore, mais l’équipe Castex s’en moque, focalisée sur son fonds de commerce – les plus riches – et ses dividendes attendus – la présidentielle de 2022.

À LIRE sur ce sujet :

L’école sévère avec Blanquer

À Saint-Étienne, le symptôme de la pauvreté

Dans les Ehpad, les résidents se laissent mourir

Société Santé
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »
Entretien 28 février 2024 abonné·es

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »

Dans son livre Les Choses sérieuses, la sociologue Isabelle Clair enquête sur les amours adolescentes et examine la manière dont filles et garçons entrent en relation.
Par Hugo Boursier
Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta
Enquête 28 février 2024 abonné·es

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta

Si les politiques publiques contre le harcèlement scolaire ont été renforcées, celles contre les agressions entre élèves demeurent confidentielles. Elles laissent les personnels dépourvus de cadre et les victimes souvent seules face à leur traumatisme.
Par Pierre Jequier-Zalc
Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier