« Albatros », de Xavier Beauvois : C’est l’homme qui prend la mer…

Dans Albatros, Xavier Beauvois met en scène la vie d’un gendarme modèle qui bascule.

Un couple, sur une plage d’Étretat, est en pleine séance de photos de mariage, quand soudain, hors champ, un bruit sourd retentit. Les visages des jeunes mariés se tordent d’horreur : un homme vient de se jeter du haut de la falaise.

Le début d’Albatros ne fait pas mystère de l’état de la société dans laquelle s’inscrit son intrigue : elle est mal en point. Si le suicidé est un Parisien, le spectateur apprend qu’il n’y a pas une semaine sans que des personnes tombent ainsi. Voilà qui dessine l’arrière-plan du film : dans ce coin de Normandie, on se donne la mort.

La gendarmerie a pour mission de protéger le corps social de toutes les agressions. C’est le premier axe d’Albatros, huitième long métrage de Xavier Beauvois. Laurent (Jérémie Renier), un commandant de brigade, en est la figure centrale. Son quotidien professionnel est fait de prévention plus que de répression. Celui-ci est éprouvant, parce que Laurent côtoie la mort, les blessés de la route, les déviances… Mais point d’opération violente ou de « commando ». Le travail des gendarmes penche davantage vers l’assistance sociale ou l’exercice de l’autorité parentale (cf. la scène un peu pénible où Laurent morigène un jeune).

Il reste 63% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.