De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens

Accusés de tous les maux par Ankara et par Téhéran, les partis d’opposition et les groupes rebelles kurdes vivent des heures très difficiles en Irak et en Syrie. Si la « communauté internationale » ne cache pas sa préoccupation, personne ne semble en mesure de mettre fin à un cycle devenu infernal. Décryptage.

Laurent Perpigna Iban  • 9 décembre 2022 abonné·es
De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens
Dans un endroit tenu secret, des membres du Parti démocratique du Kurdistan iranien (PDKI) organisent la résistance à la République islamique. Ils sont régulièrement visés par des frappes aériennes.
© Laurent Perpigna Iban / Hans Lucas.

Un soulèvement en Iran, un attentat à Istanbul. Si absolument rien ne permet de relier ces deux événements, leurs conséquences, elles, paraissent faire tronc commun. Missiles balistiques et drones kamikazes lancés par Téhéran sur l’opposition kurde iranienne en Irak, avions de chasse et drones armés turcs sur la guérilla kurde en Irak et en Syrie, c’est un véritable déluge de feu qui s’abat au Moyen-Orient sur la plus grande minorité sans État au monde.

Profitant de l’extrême vulnérabilité des États irakiens et syriens, où sont enracinés les partis d’opposition et organisations rebelles kurdes, la Turquie et la République islamique d’Iran semblent avoir trouvé un dénominateur commun à leurs crises internes. Une double offensive qui finit de plonger le peuple kurde dans une nouvelle période sombre de son histoire.

Une menace existentielle pour l’Iran

Secouée par des turbulences d’une ampleur rare depuis son avènement en 1979, la République islamique voit, jour après jour, son soutien populaire s’éroder de manière significative. L’audace de la jeunesse iranienne, désireuse de s’affranchir d’une double main de fer politico-religieuse, a précipité un régime vieillissant dans ses retranchements. S’ensuit un cercle vicieux dans lequel la répression féroce continue d’entretenir la contestation.

Dans ce soulèvement, les régions kurdes d’Iran jouent un rôle central. D’ailleurs, sur site, la réponse iranienne semble sans limites : les quelques images qui nous parviennent des grandes villes kurdes de Mahābād ou de Sanandaj montrent des cités assiégées et une population sous les balles.

Une contre-offensive qui ne s’exerce pas sur le seul territoire de la République islamique. Depuis les premières heures du soulèvement lié à la mort de Mahsa Amini, les partis d’opposition exilés en Irak sont dans l’œil du cyclone. C’est particulièrement le cas de l’organisation communiste Komala, mais surtout du Parti démocratique du Kurdistan iranien (PDKI), qui conservent tous deux une très grande popularité dans les régions kurdes d’Iran.

Forts de plusieurs milliers d’hommes et de femmes, le PDKI et Komala ont appelé depuis leurs bases irakiennes à une grève générale au lendemain du meurtre de Mahsa Amini. Très suivie, cette déclaration a fait d’eux une cible de choix. Et, malgré leur

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 8 minutes

Pour aller plus loin…

Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny s’impose
Reportage 23 février 2024

Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny s’impose

Un rassemblement en hommage à Navalny s’est tenu le 22 février à Paris. Politis s’y est rendu pour comprendre comment les Russes en exil voient désormais la lutte contre le régime de Poutine.
Par Pauline Migevant
« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro
En Ukraine, les affres de l’enrôlement
Reportage 21 février 2024 abonné·es

En Ukraine, les affres de l’enrôlement

Deux ans après le début de l’invasion russe, les besoins de l’armée ukrainienne, estimés à 500 000 nouveaux combattants, vont croissant. Mais la mobilisation est de plus en plus difficile.
Par Hugo Lautissier
« Rafah sera la honte du monde » : à Paris, mobilisation contre le massacre des Palestiniens
Reportage 15 février 2024

« Rafah sera la honte du monde » : à Paris, mobilisation contre le massacre des Palestiniens

Alors qu’Israël a annoncé une offensive militaire imminente à Rafah, où sont déplacés 1,4 million de Palestiniens, un rassemblement a eu lieu le 14 février dans la capitale devant le ministère des Affaires étrangères pour appeler la France à agir.
Par Pauline Migevant