Violences policières : un œil et dix ans de perdus

Il y a dix ans, Driss perdait son œil sous les coups d’un policier. Depuis, la justice peine à déjouer les mensonges des agents et à instruire une affaire dans laquelle se sont mêlés absence de communication entre brigades, recours à une brutalité aussi extrême que gratuite et complaisance du parquet. Politis a eu accès à ce dossier inédit. Récit de dix années de combat judiciaire.

Nadia Sweeny  • 7 décembre 2022 abonné·es
Violences policières : un œil et dix ans de perdus
© Hervé Pinel

Nous sommes en 2012. Driss (1) a 20 ans. Étudiant sans histoires, il habite la cité de la Galathée à Deuil-la-Barre, un quartier populaire du Val-d’Oise. Dans la nuit du 20 au 21 avril, le jeune homme rejoint ses amis sur un parking non loin de sa cité pour fêter un anniversaire. Deux voitures sont garées côte à côte, les portes ouvertes. La musique résonne et couvre à peine les rigolades successives.

Mais les victuailles manquent : une partie du groupe se rend à la supérette la plus proche. Au même moment, vers 1 h 30 du matin, une altercation éclate entre des jeunes et les tenanciers du magasin. La police est appelée. Quand elle arrive, les gérants, dans un français approximatif, crient au braquage, miment une arme à feu, parlent de deux femmes et d’un jeune « de type africain », d’une Citroën, donnent une immatriculation. Les policiers de nuit de Deuil-la-Barre lancent un appel sur les ondes et lâchent la formule choc : « Tentative de vol à main armée ». L’engrenage s’enclenche.

Aucune rébellion

Quand la BAC de Deuil repère le véhicule signalé, garé sur un parking, la réaction est immédiate : « Une voiture de couleur bleue, phares éteints, sans gyrophare, arrive, témoigne Driss. Trois personnes sont sorties et nous ont braqués en nous disant de mettre les mains en l’air puis de les poser sur la voiture. » Les jeunes prennent peur. « Rien ne les différenciait de personnes lambda », témoignent-ils. Les policiers finissent par annoncer leur qualité et demandent des renforts.

Une dizaine de brigades viennent progressivement renforcer les équipes déjà présentes sur les lieux. La situation s’envenime et les témoignages divergent. Les policiers de la BAC locale évoquent des jeunes énervés et une situation compliquée. Mais leurs collègues du même commissariat, qui arrivent de la supérette, ne constatent pas la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Police / Justice
Publié dans le dossier
Violences policières, tabou judiciaire
Temps de lecture : 11 minutes

Pour aller plus loin…

Manifestation du 19 janvier à Paris : la fiche interne qui dévoile le dispositif policier
Manifestation • 19 janvier 2023

Manifestation du 19 janvier à Paris : la fiche interne qui dévoile le dispositif policier

D’après les notes internes de la Préfecture de Police consultées par Politis, plus de 2 000 membres des forces de l’ordre vont encadrer la manifestation du 19 janvier contre la réforme des retraites.
Par Maxime Sirvins
« Il y a une criminalisation de l’action politique »
Entretien • 11 janvier 2023 libéré

« Il y a une criminalisation de l’action politique »

L’avocat pénaliste Raphaël Kempf navigue de la défense d’activistes à celle de personnes accusées de terrorisme. Ardent défenseur des libertés publiques, il n’a de cesse de dénoncer la résurgence des lois « scélérates » dans notre droit moderne, mêlant justice et politique.
Par Nadia Sweeny
Exclu Politis / Violences policières : toujours plus de mis en cause et toujours moins de poursuites
Forces de l'ordre • 22 décembre 2022

Exclu Politis / Violences policières : toujours plus de mis en cause et toujours moins de poursuites

Politis a obtenu les chiffres inédits du traitement judiciaire des violences policières de 2016 à 2021. Ils montrent l’explosion du nombre de mis en cause (+ 57 %) et mettent en avant un traitement judiciaire favorisé par rapport à la population générale. Analyse.
Par Nadia Sweeny
Exclu Politis / Violences policières : en 10 ans, une baisse des peines de prison ferme
Justice • 22 décembre 2022

Exclu Politis / Violences policières : en 10 ans, une baisse des peines de prison ferme

Politis a eu accès aux statistiques de traitement judiciaire des violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique (PDAP) et notamment aux peines prononcées depuis 2010. Résultat : une baisse régulière du nombre de peines de prison ferme, mais une augmentation de la sévérité de celles-ci.
Par Nadia Sweeny