Fin du nucléaire, sens de l’histoire

Alors que l’Allemagne a fermé ses derniers réacteurs nucléaires, la France relance vaille que vaille sa filière, s’enivrant de l’unique rhétorique de la réduction des émissions de CO2.

Patrick Piro  • 19 avril 2023
Partager :
Fin du nucléaire, sens de l’histoire
Une maison abandonnée à Pripyat, près de Tchernobyl, dans l'oblast de Kyiv.
© Viktor Hesse / Unsplash.

Dimanche 16 avril, les trois derniers réacteurs nucléaires encore en activité en Allemagne ont été déconnectés du réseau. Avec quelques mois de retard à peine sur un engagement pris par le gouvernement d’Angela Merkel en 2011, la première puissance économique d’Europe envoie définitivement l’atome aux oubliettes de son histoire énergétique.

L’événement prend une résonance particulière à Paris, alors que la France a pris une direction diamétralement opposée. Emmanuel Macron, qui a décidé de la construction de six nouveaux EPR, annonce « une renaissance du nucléaire français ».

Sur le même sujet : Provocation nucléaire

Et sa ministre de la Transition énergétique fustige une « relance de l’énergie fossile » par Berlin pour compenser l’abandon de l’atome, « ce qui ne va pas dans le sens de l’action climatique que nous portons tous collectivement au niveau européen ». Cette classique querelle franco-allemande culmine à un niveau rarement atteint, alors que la guerre en Ukraine a porté la transition énergétique au rang de priorité absolue de l’Union européenne.

Le gouvernement français affectionne de dénicher en Allemagne la justification de ses propres choix.

Bien sûr, il est loisible de critiquer une Allemagne peu encline à la sobriété énergétique ou à se désintoxiquer de ses grosses berlines à essence. On persifle, à Paris, sur l’augmentation de la part du charbon (8 %), l’an dernier, dans la production allemande d’électricité pour amortir le brutal sevrage du gaz russe : ah, quelle inconséquence que d’avoir fermé les réacteurs !

Le gouvernement français affectionne de dénicher en Allemagne la justification de ses propres choix. Son effort frénétique pour raviver l’industrie nucléaire nationale use et abuse de cette ficelle. Un court résumé de la trajectoire énergétique allemande remet les pendules à l’heure. Une vraie et profonde transition, démarrée en 2000 avec la planification de la sortie du nucléaire. Il y a vingt ans, la filière produisait 31 % de l’électricité du pays.

Sur le même sujet : La lutte contre la relance du nucléaire s’organise

La part du charbon, que la France scrute à dessein par le petit bout de la lorgnette, a chuté de 65 % à 33 %. Celle du gaz naturel plafonne à 14 %. La filière dominante, ce sont les énergies renouvelables : elles produisent 50 % de l’électricité, contre 4 % il y a vingt ans. Et le grand bout de la lorgnette, c’est 2030, date à laquelle l’Allemagne compte couvrir 80 % de sa consommation d’électricité grâce à l’éolien, au solaire et à la biomasse. Puis 2038, quand fermerait la dernière de ses centrales à charbon.

Sortir conjointement de l’atome et du charbon, la marche est haute, mais rien n’indique que l’Allemagne n’y parviendra pas.

C’est une ambition politique, industrielle et économique – les renouvelables sont devenues compétitives. Mais avant tout sociétale. Pour une large majorité d’Allemand·es, il est tout aussi urgent d’enrayer le dérèglement climatique qu’il était devenu insupportable de cultiver une technologie aussi mortifère que le nucléaire, surtout après la catastrophe de Fukushima. Sortir conjointement de l’atome et du charbon, la marche est certes très haute, mais rien n’indique que l’Allemagne n’y parviendra pas.

Sur le même sujet : Le nucléaire, énergie du passé

En France, en dépit de la cascade de problèmes de ses réacteurs et du fiasco de l’EPR de Flamanville, le gouvernement et ses appuis industriels s’auto-convainquent toujours de disposer d’indéfectibles compétences nucléaires. Après Tchernobyl, on conspuait l’incurie soviétique pour mieux exalter la fiabilité japonaise et française.

Après Fukushima ne subsistait qu’un « ça n’aurait pas pu arriver chez nous ». Avec la crise énergétique et climatique mondiale, exacerbée par la guerre en Ukraine, l’effroyable menace d’une catastrophe nucléaire semble totalement dissoute, en France, dans l’unique rhétorique de la réduction des émissions de CO2. En Allemagne, en revanche, le « sens de l’action climatique » ne s’accommode pas du risque d’un contresens historique.

Tout Politis dans votre boîte email avec nos newsletters !
Publié dans
Parti pris

L’actualité vous fait parfois enrager ? Nous aussi. Ce parti pris de la rédaction délaisse la neutralité journalistique pour le vitriol. Et parfois pour l’éloge et l’espoir. C’est juste plus rare.

Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Violences sexistes et sexuelles : entendons-les !
Parti pris 15 mai 2024

Violences sexistes et sexuelles : entendons-les !

Alors que la question des violences sexistes et sexuelles a resurgi dans le débat public après les prises de parole de Judith Godrèche et l’appel à témoignages qu’elle a lancé, Politis a choisi, dans un numéro spécial, de s’intéresser à la réception de la parole des victimes et notamment de celles qui sont constamment invisibilisées.
Par Hugo Boursier
Mollahs acculés, tactique éculée
Parti pris 30 avril 2024

Mollahs acculés, tactique éculée

Après la révolte populaire de septembre 2022, le régime iranien a d’abord courbé la tête, puis vite repris du poil de la bête, en réprimant férocement ses opposants. Il s’attelle aujourd’hui à restaurer la clé de voûte de son projet de société : s’attaquer à la liberté des femmes.
Par Patrick Piro
L’austérité qui vient
Parti pris 24 avril 2024

L’austérité qui vient

Le débat sur la politique économique du gouvernement s’annonce comme un théâtre d’ombres, avec un Parlement privé de vote. Une situation condamnable quand on sait ce que Macron a prévu pour ses trois dernières années à la tête du pays.
Par Michel Soudais
Européennes : à gauche, deux salles, deux ambiances
Parti pris 17 avril 2024

Européennes : à gauche, deux salles, deux ambiances

Et revoilà le vieux refrain des gauches irréconciliables. D’un côté, un candidat de compromis qui réactive le logiciel social-démocrate. De l’autre, la rupture brandie comme moteur de la gauche. Les vieux réflexes hégémoniques menacent une possible réconciliation après les élections.
Par Lucas Sarafian