Poitiers : le préfet désavoué sur la « désobéissance civile » d’Alternatiba

Attaqués par le préfet Jean-Marie Girier, les 15 000 euros de subventions attribués à Alternatiba par la mairie et la communauté de communes de Poitiers ont été validés par le tribunal administratif. Pour ce dernier, l’association a bien respecté le contrat d’engagement républicain.

Nadia Sweeny  • 1 décembre 2023
Partager :
Poitiers : le préfet désavoué sur la « désobéissance civile » d’Alternatiba
Atelier de formation à la désobéissance civile non violente, lors d'un "Camp climat" près de Nantes.
© Alternatiba

Camouflet pour Jean-Marie Girier, préfet de la Vienne et ancien directeur de campagne d’Emmanuel Macron en 2017. Le tribunal administratif vient de retoquer ses demandes insistantes pour faire sauter deux subventions données en juin 2022 par la ville de Poitiers, dirigée par l’écologiste Léonore Moncond’huy et la communauté de communes, à Alternatiba Poitiers. Le préfet visait les 15 000 euros votés en juin 2022 pour aider à l’organisation du Village des Alternatives, un événement festif autour des enjeux du changement climatique, les 17 et 18 septembre 2022 à Poitiers.

Le préfet, réputé en mission commando pour contrer les élus EELV locaux, fustigeait notamment une « formation à la désobéissance civile » animée par des membres des associations Extinction Rébellion Poitiers et Greenpeace Poitiers et un atelier « On passe à l’action ». Dans ces écrits, le préfet indiquait que cela était incompatible avec le contrat d’engagement républicain qui engage les associations.

Sur le même sujet : Préfets, les jouets de Macron

Il invoquait notamment les engagements n° 1 et 5 du contrat. Le premier porte sur « le respect des lois de la République » et impose l’interdiction d’« entreprendre ou inciter à aucune action manifestement contraire à la loi, violente ou susceptible d’entraîner des troubles graves à l’ordre public ». Le second, exige de l’association qu’elle s’engage à ne pas provoquer ou cautionner la haine ou la violence. Or, d’après le préfet Girier, « les propos relevés lors de la manifestation ainsi que les formations qui y ont été dispensées démontrent que l’association tend à inciter à l’organisation d’actions manifestement contraires à la loi, violentes ou susceptibles de troubler l’ordre public et que le Village des Alternatives a permis une mobilisation pour les manifestations à venir qui se sont notamment déroulées à Sainte-Soline les 29 et 30 octobre 2022, et plus généralement a été une incitation voire une caution à l’organisation d’actions violentes ultérieures », peut-on lire dans la décision du tribunal administratif.

Cette décision donne une première application raisonnée et exigeante du manquement au CER, ce qui est rassurant pour l’avenir.

Me M. Ogier

Non, répondent les magistrats. Tout d’abord, les manifestations de Sainte Soline ont eu lieu bien après les ateliers et on ne peut retirer des subventions pour l’organisation d’un événement sous le prétexte d’événements qui se sont produits à sa suite. De plus, « on ne peut résumer toute l’action à ce seul atelier » qui « comportait un jeu de rôle sur la désobéissance civile non violente ». Après avoir analysé son contenu, le tribunal administratif juge qu’« à aucun moment, les participants n’ont été incités par les animateurs de cette formation et de cet atelier à effectuer ou à mettre en œuvre des actions violentes ou de nature à troubler gravement l’ordre public, ni subi des provocations à la haine ou à la violence envers quiconque que l’association aurait implicitement cautionnées. »

Il en conclut que le contrat d’engagement républicain (CER) a donc été respecté. Pour Me Marion Ogier, avocate de plusieurs organisations représentées dont la Ligue des droits de l’homme, « cette décision donne une première application raisonnée et exigeante du manquement au CER, ce qui est évidemment rassurant pour l’avenir ».



Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Si on écoute le gouvernement, il n’y a pas de problèmes de santé avec les pesticides »
Entretien 23 février 2024

« Si on écoute le gouvernement, il n’y a pas de problèmes de santé avec les pesticides »

Giovanni Prete, maître de conférences en sociologie et auteur de L’Agriculture empoisonnée. Le long combat des victimes des pesticides, décrypte les enjeux cachés derrière la mise en pause du plan de réduction des pesticides Écophyto.
Par Vanina Delmas
La mobilisation contre l’A69 toujours vivante
Luttes 20 février 2024

La mobilisation contre l’A69 toujours vivante

Sur le terrain, dans les arbres, dans les tribunaux, à l’Assemblée nationale : la mobilisation contre le projet d’autoroute A69 devient multiforme et donne espoir aux opposant·es, malgré la répression qui s’accentue.
Par Vanina Delmas
Éclats et traumatismes sonores : les nouvelles grenades du maintien de l’ordre
Maintien de l'ordre 15 février 2024

Éclats et traumatismes sonores : les nouvelles grenades du maintien de l’ordre

INFO POLITIS. Les forces de l’ordre vont bientôt être dotées de nouvelles grenades, dont deux au rayon des « assourdissantes ». Leur intensité sonore est susceptible de provoquer de graves séquelles. De plus, certaines projetteraient des fragments vulnérants. Politis a mis la main sur des informations exclusives… et inquiétantes !
Par Maxime Sirvins
Thomas Brail, garde du corps des arbres
Portrait 14 février 2024 abonné·es

Thomas Brail, garde du corps des arbres

Depuis 2019, le grimpeur tarnais se bat pour défendre le patrimoine végétal. On a pu le voir suspendu en haut d’un platane ou se livrer à des grèves de la faim. Jouant de l’attention médiatique pour faire avancer ses causes.
Par Vanina Delmas