Sénégal : l’honneur d’une démocratie

Le pays est passé du chaos politique à une élection présidentielle exemplaire, dont est sorti vainqueur Bassirou Diomaye Faye, désireux de démanteler un « hyperprésidentialisme » incarné par la mainmise de Macky Sall sur les pouvoirs législatif et judiciaire.

Patrick Piro  • 27 mars 2024
Partager :
Sénégal : l’honneur d’une démocratie
Les partisans de Bassirou Diomaye Faye à Dakar, le 24 mars 2024, lors du dépouillement des votes de l'élection présidentielle.
© MARCO LONGARI / AFP

Le Sénégal, il y a quelques semaines à peine, se débattait dans un invraisemblable chaos politique et institutionnel, provoqué par les tentatives outrancières du président Macky Sall de maintenir son camp au pouvoir. Et voilà aujourd’hui le pays, ses institutions et son peuple réhabilités dans leur dignité par l’entremise d’un scrutin présidentiel exemplaire.

En dépit de la déstabilisation, il a pu se tenir un mois à peine après la date prévue initialement, avec une forte participation et sans violences. Et, surtout, le résultat des urnes, ce dimanche 24 mars, inflige à Sall sa gifle la plus monumentale : c’est son opposition jurée qui l’emporte, et dès le premier tour – ce que le Sénégal n’avait jamais connu. L’élu, Bassirou Diomaye Faye, porte les couleurs du jeune parti Pastef, très critique du gouvernement et du système politique sénégalais.

Sur le même sujet : « La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Et l’enterrement est d’autant plus soigné, pour le titulaire du trône, que Diomaye Faye, 44 ans, était un pur inconnu du public. Numéro deux du parti, il dormait même en prison dix jours avant le scrutin, incarcéré pour des motifs fallacieux. C’était également le cas de son « numéro un » et complice Ousmane Sonko, tribun très populaire déclaré inéligible par la volonté de Sall. Le voilà en quelque sorte coprésident par procuration.

Le nouveau président vient offrir la rupture qu’une bonne partie de l’électorat sénégalais appelle de ses vœux.

Il serait cependant méprisant de réduire cette victoire à un référendum anti-Sall. Il s’agit bel et bien d’un séisme politique, au regard des promesses contenues dans le programme du Pastef. Le nouveau président vient offrir la rupture qu’une bonne partie de l’électorat sénégalais – la jeunesse surtout – appelle explicitement de ses vœux, dans ce pays qui n’avait connu que quatre présidents depuis soixante-quatre ans, tous politiquement corrects vis-à-vis des intérêts de la France, et plus largement du camp occidental.

Sur le même sujet : « La République sénégalaise souffre d’un trop-plein de présidentialisme »

Diomaye Faye est régulièrement présenté comme « antisystème », qualificatif peu valorisant. On le serait à moins : il veut démanteler un « hyperprésidentialisme » incarné par la mainmise de Sall sur les pouvoirs législatif et judiciaire. Au-delà des réformes internes, le nouvel exécutif brandit comme un leitmotiv la réappropriation de la « souveraineté » du pays, que l’étranger guettera avec attention.

Le Pastef met en avant la priorité à l’autosuffisance alimentaire, à une révision des contrats passés avec des opérateurs étrangers pour l’exploitation des mines et des hydrocarbures, ainsi que des accords de pêche – souvent assimilés à du pillage et qui pénalisent la pêche artisanale, principale ressource pour quelque 600 000 familles sénégalaises. Le franc CFA, symbole de la persistance de l’héritage colonial, est bien sûr dans le collimateur. Le Sénégal pourrait jouer un rôle beaucoup plus actif en faveur de son abandon au profit d’une monnaie commune à plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, projet actuellement en gestation molle.

Sur le même sujet : Afrique : le jeu dangereux de Macron

La sortie par le haut de la crise politique sénégalaise met aussi en relief l’échec enregistré par Paris au Mali, au Burkina Faso et au Niger, où les récents coups d’État militaires découlent en partie de la difficulté pour la France d’engager des relations d’égal à égal avec ses anciennes colonies. À Dakar, point de « Dégage la France ! » dans les rues, ce 24 mars. Ni dans la bouche de Diomaye Faye et de Sonko, qui souhaitent collaborer « avec tout le monde, mais dans des partenariats gagnant-gagnant ». Macron saisira-t-il la perche ?

Macron saisira-t-il la perche ?

En attendant, le nouveau président sera vite dans le dur. L’enthousiasme qui l’a porté au pouvoir signale tout autant l’impatience de son électorat à constater des changements rapides. Or le camp de Sall, même affaibli ces dernières semaines par des désertions significatives, est majoritaire à l’Assemblée nationale. En cas de blocage des réformes, Diomaye Faye pourrait la dissoudre, mais pas avant septembre prochain.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Publié dans
Parti pris

L’actualité vous fait parfois enrager ? Nous aussi. Ce parti pris de la rédaction délaisse la neutralité journalistique pour le vitriol. Et parfois pour l’éloge et l’espoir. C’est juste plus rare.

Temps de lecture : 4 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Violences sexistes et sexuelles : entendons-les !
Parti pris 15 mai 2024

Violences sexistes et sexuelles : entendons-les !

Alors que la question des violences sexistes et sexuelles a resurgi dans le débat public après les prises de parole de Judith Godrèche et l’appel à témoignages qu’elle a lancé, Politis a choisi, dans un numéro spécial, de s’intéresser à la réception de la parole des victimes et notamment de celles qui sont constamment invisibilisées.
Par Hugo Boursier
Mollahs acculés, tactique éculée
Parti pris 30 avril 2024

Mollahs acculés, tactique éculée

Après la révolte populaire de septembre 2022, le régime iranien a d’abord courbé la tête, puis vite repris du poil de la bête, en réprimant férocement ses opposants. Il s’attelle aujourd’hui à restaurer la clé de voûte de son projet de société : s’attaquer à la liberté des femmes.
Par Patrick Piro
L’austérité qui vient
Parti pris 24 avril 2024

L’austérité qui vient

Le débat sur la politique économique du gouvernement s’annonce comme un théâtre d’ombres, avec un Parlement privé de vote. Une situation condamnable quand on sait ce que Macron a prévu pour ses trois dernières années à la tête du pays.
Par Michel Soudais
Européennes : à gauche, deux salles, deux ambiances
Parti pris 17 avril 2024

Européennes : à gauche, deux salles, deux ambiances

Et revoilà le vieux refrain des gauches irréconciliables. D’un côté, un candidat de compromis qui réactive le logiciel social-démocrate. De l’autre, la rupture brandie comme moteur de la gauche. Les vieux réflexes hégémoniques menacent une possible réconciliation après les élections.
Par Lucas Sarafian