Pollueurs éternels

Une proposition de loi contre les substances chimiques « per- et polyfluoroalkylées » – PFAS – aussi appelé « polluants éternels », a été adoptée à l’unanimité. Elles sont le révélateur de deux mondes qui s’affrontent avec aigreur alors qu’elles devraient être le tournant vers une bifurcation écologique globale.

Vanina Delmas  • 10 avril 2024
Partager :
Pollueurs éternels
Des employés, des dirigeants et des syndicalistes du fabricant français Tefal, lors d'une manifestation contre le projet de loi visant à interdire les PFAS à partir de 2026, place des Invalides, à Paris, le 3 avril 2024.
© ALAIN JOCARD / AFP

PFAS. Quatre lettres encore quasiment inconnues qui décrivent ces substances chimiques « per- et polyfluoroalkylées », plus connues sous le nom de « polluants éternels ». Un nom effrayant qui a déboulé dans l’Hémicycle grâce à la proposition de loi du député écologiste Nicolas Thierry visant à interdire ces produits ultratoxiques, omniprésents dans notre quotidien. Celle-ci a été adoptée à l’unanimité malgré l’opposition du gouvernement. Soyons clairs : c’est une victoire ! Il ne faut pas la négliger tant les victoires écolos sont rares. Mais impossible d’enlever ce petit goût d’amertume, aux relents de Téflon.

Sur le même sujet : « Polluants éternels » : l’Europe sous haute contamination aux PFAS

Derrière cette bataille de santé publique, nous retrouvons tous les mécanismes du vieux monde qui tarde à s’effacer : le lobbying industriel, les contrevérités scientifiques et le chantage à l’emploi, au détriment de la santé environnementale. Le patron du groupe Seb, propriétaire de la marque Tefal, a clamé dans les médias que cette loi menaçait 3 000 emplois et a affrété des bus pour emmener ses salariés – incités par le syndicat FO – manifester devant l’Assemblée nationale. Une pression à l’ancienne encore très efficace : les ustensiles de cuisine ne seront pas concernés par l’interdiction qui prendra effet en 2026.

On a également vu la même stratégie de « fabrique du doute » que celle utilisée ces dernières décennies pour sauvegarder l’amiante, le tabac, les pesticides et les énergies fossiles. Cette fois encore, des industriels comme DuPont et 3M – principaux producteurs de PFAS – connaissaient la toxicité de ces substances depuis les années 1960 et l’ont sciemment tue.

Sur le même sujet : Pesticides : la fabrique du doute au tribunal

« Les fabricants de ces produits chimiques ont déployé des efforts coordonnés et de très gros moyens financiers pour induire en erreur les autorités, la communauté scientifique et la population. Ils sèment le doute sur les études publiées, arguant que le consensus scientifique n’est pas établi sur les impacts sanitaires des PFAS. Ils feront pareil chez vous ! », avertit dans les colonnes de Libération l’avocat américain Robert Bilott, qui ferraille depuis vingt ans contre ces produits toxiques. Son combat contre le géant de l’industrie chimique DuPont est raconté avec brio dans le film Dark Waters, sorti en 2019.

Les PFAS sont des substances qui incarnaient le progrès du XXe siècle, et sont désormais la quintessence du scandale sanitaire du XXIe siècle.

Le député écologiste Charles Fournier en a d’ailleurs fait son conseil ciné adressé au ministre de l’Industrie, Roland Lescure, qui se targue de forger l’industrie verte à la française. Cet écolo en toc a rétorqué en toute humilité : « Moi, je crois à la science, à la loi fondée sur les faits. Je ne crois pas à la loi émotionnelle. » Or comment rester passif face à une récente étude scientifique qui révèle que des personnes exposées aux PFAS à l’état de fœtus déclarent des maladies chroniques à l’âge adulte ? Comment faire fi des taux extrêmement élevés de PFAS dans les eaux entourant les sites de production de ces substances, comme dans la vallée de la chimie, au sud de Lyon ?

Sur le même sujet : « Polluants éternels » : au sud de Lyon, le « scandale sanitaire » Arkema

Les PFAS sont des substances qui incarnaient le progrès du XXe siècle, et sont désormais la quintessence du scandale sanitaire du XXIe siècle. Elles sont le révélateur de deux mondes qui s’affrontent avec aigreur alors qu’elles devraient être le tournant vers une bifurcation écologique globale, qui ne stigmatise ni les salarié·es d’usine, ni les écologistes et les scientifiques lanceurs d’alerte. Elles tendent une perche – en inox garanti sans PFAS – pour parler de conversion écologique de l’industrie française, de dépollution, d’alternatives déjà existantes, de suivi épidémiologique des citoyen·nes contaminé·es.

L’occasion de dessiner une société future autour d’une alliance concrète entre l’écologie, la santé et le social. Si nous ne franchissons pas maintenant ce cap au nom de la lutte contre cette pollution éternelle, quand le ferons-nous ?

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Publié dans
Parti pris

L’actualité vous fait parfois enrager ? Nous aussi. Ce parti pris de la rédaction délaisse la neutralité journalistique pour le vitriol. Et parfois pour l’éloge et l’espoir. C’est juste plus rare.

Temps de lecture : 4 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Violences sexistes et sexuelles : entendons-les !
Parti pris 15 mai 2024

Violences sexistes et sexuelles : entendons-les !

Alors que la question des violences sexistes et sexuelles a resurgi dans le débat public après les prises de parole de Judith Godrèche et l’appel à témoignages qu’elle a lancé, Politis a choisi, dans un numéro spécial, de s’intéresser à la réception de la parole des victimes et notamment de celles qui sont constamment invisibilisées.
Par Hugo Boursier
Mollahs acculés, tactique éculée
Parti pris 30 avril 2024

Mollahs acculés, tactique éculée

Après la révolte populaire de septembre 2022, le régime iranien a d’abord courbé la tête, puis vite repris du poil de la bête, en réprimant férocement ses opposants. Il s’attelle aujourd’hui à restaurer la clé de voûte de son projet de société : s’attaquer à la liberté des femmes.
Par Patrick Piro
L’austérité qui vient
Parti pris 24 avril 2024

L’austérité qui vient

Le débat sur la politique économique du gouvernement s’annonce comme un théâtre d’ombres, avec un Parlement privé de vote. Une situation condamnable quand on sait ce que Macron a prévu pour ses trois dernières années à la tête du pays.
Par Michel Soudais
Européennes : à gauche, deux salles, deux ambiances
Parti pris 17 avril 2024

Européennes : à gauche, deux salles, deux ambiances

Et revoilà le vieux refrain des gauches irréconciliables. D’un côté, un candidat de compromis qui réactive le logiciel social-démocrate. De l’autre, la rupture brandie comme moteur de la gauche. Les vieux réflexes hégémoniques menacent une possible réconciliation après les élections.
Par Lucas Sarafian