Nouveau Front populaire : ils l’ont fait et c’est historique !

En moins d’une semaine, Emmanuel Macron aura réussi un exploit impensable : permettre à la gauche de s’unir à nouveau, et de présenter un véritable programme solide et porteur d’espoir. Dans un mouvement qui embarque la société civile.

Pierre Jacquemain  • 14 juin 2024
Partager :
Nouveau Front populaire : ils l’ont fait et c’est historique !
Conférence de presse de présentation du Nouveau Front populaire, le 14 juin, à Paris.
© Maxime Sirvins

Personne n’y croyait. Pas même les principaux protagonistes du Parti communiste, des Écologistes, des insoumis ou des socialistes. Pas même Emmanuel Macron qui a dissous l’Assemblée nationale en pariant sur la désunion de la gauche et des écologistes. Et, pourtant, c’est finalement le Nouveau Front populaire, qui vient d’accoucher d’un programme solide et porteur d’espoir, qui endosse désormais, seul, le rôle d’alternative à Jordan Bardella et à ses amis que tout le monde voyait déjà à Matignon et au gouvernement. Parce que dans la plupart des 577 circonscriptions de France, c’est bien un scénario bloc contre bloc qui se dessine : le bloc du Front populaire contre le bloc du Rassemblement national.

Exit donc le bloc macroniste qui devrait ne franchir le second tour des élections législatives que de manière marginale. Plus encore, si la dynamique était bien du côté du chouchou de Marine Le Pen, nous assistons aujourd’hui à un véritable retournement de situation. Les syndicats, les collectifs féministes, les associations, notamment des quartiers populaires, les ONG, les fédérations d’éducation populaire, de nombreuses personnalités issues de la société civile, tout le monde mouille la chemise et se félicite de la création du Nouveau Front populaire. C’est inédit. Du jamais vu.

Le Nouveau Front populaire n’est pas seulement une coalition de partis politiques mais l’engagement de la société civile.

Le Nouveau Front populaire n’est pas seulement une coalition de partis politiques mais l’engagement, chaque jour toujours plus, de la société civile, aux quatre coins de la France, qui ne se résout pas à l’idée de voir l’extrême droite diriger la France. Les nombreuses manifestations spontanées qui émergent partout dans le pays en sont l’un des principaux indicateurs.

En parallèle de cette nouvelle donne, l’extrême droite renonce sous nos yeux à plusieurs de ses engagements issus de la campagne présidentielle – pour séduire l’électorat populaire. Ainsi, pour ne pas augmenter le déficit, gage de sérieux croit-il, le RN a-t-il renoncé à supprimer l’impôt sur le revenu pour les moins de 30 ans, exonérer de charges les entreprises qui augmenteraient les salaires et revenir à la retraite à 60 ans. Jordan Bardella explique que la France est trop endettée, et que s’il devait prendre le pouvoir, le pays serait tellement en ruine qu’il lui faudrait avant tout engager des audits avant d’engager des réformes.

Sur le même sujet : Avant un week-end de manifestations, des syndicats rejoignent le Front populaire

En réalité, comme Macron, comme la droite en général, Bardella veut imposer aux Français une cure d’austérité en plus d’une chasse aux étrangers et aux racisés. Alors que les commentateurs des chaînes d’info nous présentaient un candidat prêt à gouverner, il fait la démonstration de sa grande fébrilité – englué dans des accords avec Ciotti, son nouveau boulet – et fait apparaître, en face, la grande solidité de la gauche sur le plan programmatique.

Un programme qui ne fait l’impasse sur aucun sujet

En quelques heures seulement, le Nouveau Front populaire a présenté un programme qui ne fait l’impasse sur aucun sujet. Qu’il s’agisse de l’Europe, de l’antisémitisme ou du Hamas. Même sur le nucléaire, les communistes et les écologistes ont trouvé un terrain d’entente clair et qui ne renonce en rien à ses ambitions écologiques. Un programme qui se décline judicieusement en trois temps.

Enfin, on souffle, on respire. Quelque chose a changé.

Le temps de la rupture : les quinze premiers jours seront consacrés à l’état d’urgence sociale avec blocage des prix de l’alimentation, de l’énergie et des carburants. Hausse du Smic à 1 600 euros. Abrogation des réformes sur les retraites et le chômage. Moratoire sur les infrastructures autoroutières ou sur les mégabassines. Ce ne sont que quelques exemples. Ensuite, le temps des cent premiers jours : loi sur le pouvoir d’achat – conférence sur les salaires, etc. –, sur la santé – pôle public du médicament, etc. –, sur l’éducation, la planification écologique, etc. Les mois suivants seront consacrés aux grandes transformations structurelles du pays : les services publics, le logement ou enfin le très plébiscité chantier de la VIe République.

Sur le même sujet : Front populaire, front d’espoir

Enfin, on souffle, on respire. Quelque chose a changé. L’air semble plus léger, même si rien n’est joué. Toutefois Macron aura réussi un exploit : rassembler la gauche d’Olivier Besancenot à François Hollande pour faire battre l’extrême droite. Qui l’eût cru ? Chapeau, et merci l’artiste ! Parce qu’à la fin, c’est nous qu’on va gagner !

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Publié dans
Parti pris

L’actualité vous fait parfois enrager ? Nous aussi. Ce parti pris de la rédaction délaisse la neutralité journalistique pour le vitriol. Et parfois pour l’éloge et l’espoir. C’est juste plus rare.

Temps de lecture : 4 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Nouveau Front populaire : soyons lucides et réalistes
Parti pris 16 juillet 2024

Nouveau Front populaire : soyons lucides et réalistes

Depuis sa relative victoire le 7 juillet, le Nouveau Front populaire se cherche en vain un nom pour Matignon. Mais la coalition de gauche se déchire, pendant que Macron rigole et que le RN attend son heure. En quelques jours, elle s’est décrédibilisée.
Par Pierre Jacquemain
Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable
Gauche 16 juillet 2024

Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable

Alors que le Nouveau Front populaire a soulevé une espérance chez de nombreuses organisations du mouvement social, les dernières tergiversations quant au nom du Premier ministre ont jeté un froid. Et questionnent la possibilité d’un accompagnement d’un gouvernement de gauche par une mobilisation populaire.
Par Pierre Jequier-Zalc
À gauche, une équation aussi pénible qu’insoluble
Parti pris 9 juillet 2024

À gauche, une équation aussi pénible qu’insoluble

Au second tour des législatives, le Rassemblement national, bien qu’en forte progression, a été défait, le macronisme rejeté et le Nouveau Front populaire est devenu la première force politique à l’Assemblée. Mais la gauche doit-elle prendre le risque de gouverner sans capacité d’agir ?
Par Pierre Jacquemain
Une victoire populaire, avant tout !
Parti pris 8 juillet 2024

Une victoire populaire, avant tout !

Alors que les instituts de sondages, au soir du premier tour, annonçaient une potentielle majorité absolue au Rassemblement national, une forte mobilisation populaire a permis au Front populaire d’être la plus importante force politique à l’Assemblée nationale. Il faut, désormais, construire dessus.
Par Pierre Jequier-Zalc