Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Politis Web illimité

8 par mois Offre liberté
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

11 par mois Offre tout politis
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier en toute liberté, chaque semaine votre hebdo et deux fois par an, un hors série. En prélèvement automatique à durée libre.
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

blog /

Publié le 15 juillet 2011

Une "énergie nouvelle" à la tête de Libération: Anne Lauvergeon dite Atomic Anne

Les responsables de la gestion de Libération ne savent vraiment plus à quels saints se vouer pour donner dans quelques jours la présidence de son conseil de surveillance à Anne Lauvergeon, connue aux Etats Unis sous le surnom d’ Atomic Anne . Les journalistes de Libé ont intérêt à lire rapidement (probablement pas à relire) la « Troisième révolution énergétique », le livre qu’elle à commis il y a trois ans. Ils pourront même, plutôt que de se farcir l’ode aux nucléaires, puisqu’il en existe parait-il plusieurs, qui sont « appelé à jouer une rôle décisif dans la troisième révolution énergétique qui s’amorce », s’offrir une bonne tranche de rigolade en lisant simplement sur la quatrième de couverture que Anne Lauvergeon a écrit son livre « au nom d’une fibre écologique clairement revendiquée » . Bon, ça y est, c’est passé, ça va mieux ? Alors la suite...

Cette superbe affirmation qui fera plaisir à plusieurs de nos confrères de Libération a sans doute été inventée par le co-auteur Michel Hubert Jamard qui n’est autre que le directeur de la communication du nucléaire chez Areva. Pas impossible d’ailleurs qu’il ait écrit l’essentiel de ce remarquable objet d’esbroufe communicante qui était destiné à servir de parapluie contre le « méchant » responsable d’EDF et à impressionner Nicolas Sarkozy.

La com’, c’est la spécialité de l’ex-responsable d’Areva dont le (lointain) passé de danseuse, les études à Normale Sup en sciences physiques et le diplôme d’ingénieur des Mines en a fait une femme exceptionnelle à tous points de vue. Le classement annuel de la revue économico-financière Forbes la plaçait encore en 2010 au 24 éme rang des femmes « les plus puissantes du monde » et son arrivée risque de sonner le glas des efforts des journalistes de Libé passionnés par l’écologie. Car la dame ne va pas être nommée (on dit « élue » dans les gazettes) pour y tenir une rubrique de tricot.

L’ex conseillère de François Mitterrand a vu toute sa « belle » carrière cornaquée par l’entreprise de communication Image 7 et plus particulièrement pas sa responsable et amie Anne Méaux dont il faut redouter qu’elle s’occupe désormais de Libération alors que sa protégée a rêvé de diriger France Télévision. Cette spécialiste de la construction des réputations est née à Neuilly où elle a été au lycée. Ce qui lui a donné l’occasion, en 1968, de créer à 15 ans un Comité antigrève dans son établissement. Elle est ensuite passée par le GUD à la fac de droit d’Assas. Elle a, peu après, milité au Parti des Forces Nouvelles auprès duquel le Front National fait figure d’officine gauchiste. Elle a ensuite été la conseillère de Valéry Giscard d’Estaing à la Présidence de la République avant de remplir les mêmes fonctions auprès de la désormais défunte UDF puis de l’ultra-libéral Alain Madelin qui fut pendant deux ans ministre de l’Industrie. Il lui reste de cette époque un anti-communisme viscéral parce que personne ne lui a dit que le PC n’existe plus. Elle a ensuite créé sa boite de communication à la fin des années 80. Grâce à ses relations son entreprise s’est vue confier la gestion de l’image d’une partie des dirigeants du CAC 40. Ce qui ne l’a pas empêché de gérer aussi la communication de Pôle emploi, d’Eric Woerth ou encore du gouvernement Ben Ali. Ce qui explique peut-être que son salaire annuel se situe aux alentours d’un million et demi d’euros par an.

Voici donc quelle est la curieuse association chargée de l’avenir de Libération . On sent que l’élection présidentielle approche...


Haut de page

Voir aussi

Articles récents