Après la guerre

Le quotidien de femmes d’Asie centrale,
vu par Christophe de Ponfilly.

En 2004, Christophe de Ponfilly, aujourd'hui disparu, avait choisi de filmer au Tadjikistan, au-delà du diable Vauvert, entre l'Afghanistan, la Chine, le Kirghizistan et l'Ouzbékistan. Non un pays qui invite à la carte postale, mais un monde né de deux univers, le communisme avorté et l'islamisme en crise. Pendant plusieurs mois, guidé par la cinéaste Gulya Mirzoeva, le réalisateur du fameux Massoud l'Afghan a filmé une poignée de femmes (enseignante, paysanne, journaliste, « femme-mollah », directrice…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.