Des visages et des murs

Cinéaste du clair-obscur, le Portugais Pedro Costa achève sa trilogie
sur les déshérités d’un bidonville proche de Lisbonne avec un western immobile, crépusculaire et radical.

Ce fut le choc de Cannes 2006. À sa première projection de presse lors du festival, En avant, jeunesse a été lâché par deux tiers de la salle, qui, extérieurs à ce qui se passait sur l'écran, sont sortis progressivement, laissant le reste des spectateurs médusés, éblouis. Parce que ce film a quelque chose d'immédiatement pictural : premier plan sur une cour décrépite, quelqu'un jette par une fenêtre-trou des meubles qui s'écrasent sur un sol de cailloux. La scène est filmée depuis l'ombre qui envahit le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents