Sombre héros

Dans « Noir », Robert Coover joue avec les stéréotypes du polar et signe un roman jubilatoire, dénué de tout manichéisme.

Un détective solitaire, au nom bien choisi de Noir, une brune mystérieuse, une boîte interlope, les trottoirs mouillés d’un quartier mal famé… Beaucoup d’auteurs, déjà, ont joué avec les clichés du polar, en les retournant, parfois avec un art du suspense mémorable, comme, par exemple, Alfred Hitchcock, dans la Mort aux trousses et la fameuse scène du champ de maïs en rase campagne et en plein soleil. Le détournement du genre peut aussi relever de l’exercice de style plus ou moins réussi. On ne compte plus…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents