Relaxe pour une lanceuse d’alerte

Un lanceur d’alerte n’est pas coupable de s’interroger sur une question sanitaire ou environnementale, se réjouit la Fondation sciences citoyennes à la suite de la relaxe de Véronique Lapides, après celle de Pierre Meneton en mars dernier 1. Elle était accusée de diffamation par la mairie de Vincennes, parce que le Collectif vigilance Franklin (CVF), qu’elle préside, avait signé un tract accusant la préfecture et la mairie de ne pas prendre leurs responsabilités face à la pollution de l’ancien site…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.