L’Arlésienne de l’Union européenne

Toujours promise, toujours reportée. L’Europe sociale reste plus
que jamais le parent pauvre des politiques européennes.

Michel Soudais  • 4 juin 2009 abonné·es

Vingt ans déjà. Vingt ans que l’alarme est sonnée et que nos socialistes affirment vouloir rééquilibrer une construction européenne trop économique. « L’Europe sera sociale ou ne sera pas » , avertissait gravement François Mitterrand en présentant ses vœux aux Français pour l’année 1989.

La date de cette prise de conscience n’est pas indifférente. Au milieu des années 1980, le gouvernement socialiste cherche un moyen de relancer la construction européenne. Élu à la présidence de la Commission

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Votez !
Temps de lecture : 5 minutes