Pauvre Lucien

Je l’aime bien, Lucien. Mon vieux copain Lucien. C’est le mec sympa, je dis pas. Mais des fois, je me demande quand même s’il est pas un peu… Comment dire ? Un peu ballot, quoi. Disons. Gentil, hein ? Mais ballot. En 1981, il a voté pour les socialistes. Fallait le voir, place de la Bastille, à l’heure où blanchit la campagne : déchaîné, il était, le Lucien. « Vous allez rendre gorge, banquiers !!!! » , qu’il gueulait – si fort qu’on entendait chaque point d’exclamation. (Puis d’ajouter, cryptique : « À…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.