Sur les rails, la libéralisation continue

Une nouvelle étape dans la libéralisation du secteur ferroviaire est en cours sous l’impulsion de la Commission européenne. Selon les syndicats, ces nouvelles directives risquent de se traduire par une dégradation des équipements et du service aux usagers.

En a-t-on fini avec la libéralisation du système ferroviaire entamée il y a maintenant plus de dix ans ? Après un calme relatif dans la production législative, la Commission européenne a décidé de la relancer pour la « moderniser » . Cette volonté bruxelloise explique le mouvement de grève « symbolique » lancé mardi par les principales organisations syndicales de cheminots (CGT, Unsa, CFDT et CFTC, sans SUD-Rail), qui se sont jointes à des mouvements européens programmés par la Fédération européenne des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le podcast, entre mode et engouement

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.