Notre-Dame-des-Landes : Des bricoleurs de zones humides

Petits arrangements pour tenter de compenser les dommages environnementaux du mégabétonnage.

La loi sur l’eau peut-elle faire caler l’aéroport ? Pour les opposants, l’argument du terrain est propre à faire plier les promoteurs. Le site retenu s’étale en effet sur une zone humide importante, lieu de collecte de précipitations qui alimentent à la fois les réseaux de la Vilaine au nord et de l’Erdre au sud. Or, un aménageur est tenu de compenser la destruction de zones humides par la création de surfaces doubles dotées des mêmes fonctions écologiques. Les deux concessionnaires, AGO pour l’aéroport et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents