Ni flics, ni psys : les «APS» s'installent dans les écoles

Créés en août 2012 pour prévenir les violences scolaires dans les établissements les plus sensibles, les «assistants de prévention et de sécurité» prennent leurs marques. Reportage à Marseille.

Veste en cuir, chemise en jean et tennis aux pieds, Naouel Ben Aissa affiche un style décontracté. « Même si je ne suis pas leur copine, les élèves se sentent à l’aise avec moi, ils ont compris que j’étais là pour les conseiller et faire en sorte qu’ils se sentent bien » , explique-t-elle alors qu’elle demande à un lycéen d’ôter sa casquette lorsqu’il entre dans son bureau. Cette jeune femme de 26 ans est la nouvelle assistante de prévention et de sécurité (APS) du lycée Victor-Hugo, un établissement…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.