Ni flics, ni psys : les «APS» s’installent dans les écoles

Créés en août 2012 pour prévenir les violences scolaires dans les établissements les plus sensibles, les «assistants de prévention et de sécurité» prennent leurs marques. Reportage à Marseille.

Fériel Alouti  • 18 juin 2013 abonné·es
Ni flics, ni psys : les «APS» s’installent dans les écoles

Veste en cuir, chemise en jean et tennis aux pieds, Naouel Ben Aissa affiche un style décontracté. «   Même si je ne suis pas leur copine, les élèves se sentent à l’aise avec moi, ils ont compris que j’étais là pour les conseiller et faire en sorte qu’ils se sentent bien » , explique-t-elle alors qu’elle demande à un lycéen d’ôter sa casquette lorsqu’il entre dans son bureau.

Cette jeune femme de 26 ans est la nouvelle assistante de prévention et de sécurité (APS) du lycée Victor-Hugo, un établissement marseillais classé en zone d’éducation prioritaire. Ce poste, créé l’été dernier par le ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon, doit officiellement prévenir tout type de violences scolaires.

Mais, depuis, les APS

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 7 minutes

Pour aller plus loin…