« Robert sans Robert », de Bernard Sasia : Un film raccord

Dans Robert sans Robert , le monteur de Guédiguian revisite l’œuvre du cinéaste.

Rares sont les monteurs qui ont pris la parole à travers un livre pour expliquer leur métier. Parmi eux, Walter Murch a récemment raconté, dans En un clin d’œil 1, quarante années de travail avec Francis Ford Coppola. Plus exceptionnel encore : un monteur qui s’exprime en réalisant lui-même un film. C’est le cas aujourd’hui de Bernard Sasia, avec Robert sans Robert. Monteur attitré de Robert Guédiguian, il propose, avec Clémentine Yelnik, une digression ingénieuse à la fois sur son travail et sur le cinéma…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.