Mario Soares : « Le néolibéralisme est une tragédie »

L’ancien Président portugais Mario Soares n’est pas tendre pour les tenants d’un système qui ruine son pays.

Malgré tout, Mario Soares garde foi en l’Europe. De passage à Paris la semaine dernière, à l’occasion de la publication d’un livre de chroniques politiques 1, il ne veut pas croire que les peuples se détournent de ce qui a été l’un des objectifs de sa vie. « Je ne pense pas, dit-il, que la Grèce et l’Espagne soient contre l’Europe. » Il n’y a pas, pour celui qui fut l’un des principaux opposants à la dictature avant la « Révolution des œillets » de 1974, d’amalgame possible entre l’idéal européen et ce…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents