Mélenchon : « La France est trop grande pour Hollande »

Lors d’une conférence de presse attendue, Jean-Luc Mélenchon a jugé durement la prestation du Président sur TF1, et évoqué 2017.

Pauline Graulle  • 7 novembre 2014
Partager :
Mélenchon : « La France est trop grande pour Hollande »
© Photo : Jean-Luc Mélenchon à Saint-Martin-d'Hères le 24 août 2014. (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)

Ce n’est pas le fondateur du Parti de gauche qui s’exprimait ce matin, mais « le meilleur représentant de l’opposition de gauche au président de la République » , a précisé Jean-Luc Mélenchon derrière son pupitre, aux caméras et journalistes présents, en référence au sondage du JDD (très bien décrypté par Mediapart ici) le désignant comme tel.
_
_ Le principal adversaire de gauche à Hollande n’y a pas été de main morte pour critiquer l’intervention présidentielle d’hier soir. Faisant part de sa « sidération » , le cofondateur du Parti de gauche n’y a vu que « naufrage » , « collection de truismes » et «riquiquisation » (sic) de la fonction présidentielle. « Il lui reste à apprendre que conseiller à Pôle emploi nécessite une qualification » , a ironisé l’ancien candidat du Front de gauche à la présidentielle. Et de dénoncer la « série d’annonces strictement favorables au Medef » : sur les seuils sociaux, le travail du dimanche, le compte-pénibilité et le cap des 50 milliards d’économie fixé par le chef de l’État. « L’habit est trop grand pour le personnage, la France est trop grande pour lui » , a répété Jean-Luc Mélenchon, avant d’appeler les Français à « ne pas accepter de rouler à l’abîme dans laquelle [nous] entraîne ce personnage » .
_
_ ### L’austérité, Rémi Fraisse, la nature et… 2017
_
_ Cette conférence de presse était aussi l’occasion d’apporter son soutien à la manifestation du 15 novembre contre l’austérité du collectif 3A. Et l’occasion de faire le point sur le projet de VIe République de l’ancien candidat du Front de gauche, qui a rassemblé 63 000 signatures pour réclamer une nouvelle constitution. « Le Front de gauche est une coalition très importante, j’y suis très attaché, a affirmé Jean-Luc Mélenchon, répondant à la question d’une journaliste du Figaro . Mais il faut voir en grand. S’adresser non pas seulement à ses amis, mais à tous les Français. » Pas sûr que la réponse siée vraiment aux camarades du Front de gauche…
_
_ Abordant l’affaire Rémi Fraisse, Jean-Luc Mélenchon s’est rangé derrière Cécile Duflot, qui a récemment réclamé une minute de silence à l’Assemblée nationale. Il a aussi demandé la démission du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, car, « en démocratie, le maintien de l’ordre n’est pas une guerre. Par conséquent, il ne doit pas y avoir de mort » . Sur le fond, il a estimé que « tous les citoyens de France ont un droit de regard » sur les grands projets inutiles, car « la nature n’est pas la propriété de telle ou telle catégorie sociale, mais un bien commun » .
_
_ Enfin, l’ancien candidat à la présidentielle s’est exprimé sur 2017. « J’aimerais être capable de faire des projets à cet horizon, mais la situation est devenue tellement instable et périlleuse que cela pourrait arriver plus vite que prévu » , a-t-il prophétisé. Avant d’avertir : « En 2017, il faudra être capable de faire mieux qu’une bataille rangée de personnes. […] Je mets en garde tous ceux qui pourraient s’imaginer un destin présidentiel : l’heure est au destin du pays. […] J’adjure qu’on ait des idées, des ambitions à la hauteur du pays. » Comme le renouvellement des institutions.

Politique
Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don