Photographie : Le Mur et la Peur

Reportage à la frontière la plus dangereuse au monde, entre l'Inde et le Bangladesh.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Voilà plus de vingt ans déjà, en 1993, l’Inde entamait la construction d’un mur de séparation de 3 200 km avec son voisin bangladais, pour se protéger de l’infiltration de terroristes islamistes et de l’immigration bangladaise. Aujourd’hui, le nombre de morts, d’arrestations, de viols et de victimes d’actes de torture en fait la frontière la plus dangereuse au monde. La plus grande partie de ces victimes sont des Bangladais, tentant de fuir leur pays pour des raisons économiques, ou à la suite de catastrophes naturelles. Un reportage âpre et froid de Gaël Turine, sur une réalité méconnue.


Le Mur et la Peur , Gaël Turine, galerie Fait & cause, 58, rue Quincampoix, Paris IVe, jusqu’au 28 février.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents