Lyonel Trouillot : Écrire avec les siens

Dans Kannjawou, son neuvième et superbe roman, Lyonel Trouillot donne à voir la dislocation d’un groupe d’amis, à l’image du devenir de son pays, Haïti.

Christophe Kantcheff  • 20 janvier 2016 abonné·es
Lyonel Trouillot : Écrire avec les siens
Kannjawou, Lyonel Trouillot, Actes Sud, 193 p., 18 euros.
© Lyonel M. Melki

Lyonel Trouillot parvient à résoudre la contradiction de figurer, parmi les écrivains haïtiens, l’un des plus puissants porte-parole de son peuple démuni et, en même temps, d’atteindre à l’universel. Mais peut-être cette contradiction n’est-elle qu’apparente. Peut-être qu’en fouillant loin dans l’humanité de ses personnages, c’est-à-dire aussi dans leur part d’ombre, découvre-t-il ce qui nous unit aux habitants des faubourgs déshérités de Port-au-Prince, au-delà d’un éventuel élan de solidarité.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 5 minutes