Sagesse républicaine

Le misérable gouvernement « socialiste » se gardera de tenir compte de ces mises en garde.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Dans son infinie sagesse, la République françousque s’est dotée, après la Seconde Guerre mondiale – en 1947 –, d’une Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), dont la mission est de conseiller le gouvernement et le Parlement dans les matières touchant aux « droits de l’homme », au « droit » et à « l’action humanitaire » et au « respect des garanties fondamentales accordées aux citoyens pour l’exercice des libertés publiques [^1] ». Pour ce faire, cette autorité administrative indépendante émet régulièrement des avis – d’une lecture passionnante.

Cette semaine, par exemple, elle a « réaffirmé que l’état d’urgence et plus généralement tous les dispositifs juridiques destinés à le pérenniser portent intrinsèquement atteinte aux libertés et droits fondamentaux ». Puis d’ajouter : « L’on peut raisonnablement se demander si la logique spatio-temporelle qui gouverne traditionnellement l’état d’urgence est à ce jour efficace et adaptée pour faire face à la menace djihadiste, qui n’est, elle, circonscrite ni dans l’espace ni dans le temps [^2]. » Prends donc ça dans tes dents de droite, misérable gouvernement « socialiste » (MG« S »).

Dans un autre avis [^3], que tout(e) citoyen(ne) devrait lire avec la plus extrême attention, la CNCDH pointe que « les personnes faisant l’objet » _de « mesures de police administratives » dans le cadre de l’état d’urgence pérennisé par le MG« S » ne « sont pas seulement celles qui pourraient être soupçonnées d’appartenir à la mouvance terroriste ». Puisqu’en effet : « Sont également et très largement visés les musulmans ayant une pratique certes intense et ostensible de l’islam, mais résolument non-violente. Il a également été fait état de perquisitions ordonnées sur le fondement de la loi de 1955 à l’égard de Roms sans papiers ou de migrants. » La CNCDH rappelle donc, comme le prévoit sa mission, « que les mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence ne doivent en aucun cas entraîner une discrimination fondée uniquement sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion ou l’origine sociale »_.

Mais, bien sûr, le MG« S » se gardera soigneusement, et comme à son habitude, de tenir le moindre compte de ces deux accablantes mises en garde [^4].

Car, en toute occasion, la République françousque tient pour nuls et non avenus les conseils administratifs qui jettent une lumière trop dérangeante sur la laideur de ses pratiques.

[^1] Je résume viteuf. Pour plus de précisions, consulter son site : www.cncdh.fr.

[^2] L’avis peut (et doit absolument) être lu dans son intégralité à cette adresse : www.cncdh.fr/sites/default/files/16.02.18_avis_pjlconstitutionnelle_protection_nation_projet.pdf.

[^3] www.cncdh.fr/sites/default/files/16.02.18_avis_suivi_etat_durgence.pdf.

[^4] Auxquelles la presse dominante a de son côté, l’as-tu noté, négligé de donner trop d’écho…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents