La Grosse Pomme rouge

Jonathan Lethem publie Jardins de la dissidence, une plongée historique et mélancolique dans les milieux révolutionnaires new-yorkais.

En février 2005, le magazine The ­Believer organisait la rencontre de deux écrivains de la littérature américaine. D’un côté, la star, Paul Auster, venait de publier La Nuit de l’oracle ; de l’autre, la nouvelle coqueluche, Jonathan Lethem, alors quadragénaire, avait obtenu quelques mois plus tôt le prestigieux prix MacArthur Genius Grant. New-Yorkais, les deux écrivains se retrouvent alors dans la maison d’Auster. Ils échangent sur leurs techniques de travail, évoquent leurs rapports au cinéma et à la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents