Oma et Bella

L'enthousiasme de deux vieilles dames, où l’évocation de la Shoah se mêle aux plaisirs de la table.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L’une, Oma, est originaire de Pologne, internée dans un camp en 1941, à l’âge de 14 ans ; l’autre, Bella, est née en Lituanie, réussissant à s’échapper du ghetto de Vilnius pour rejoindre les rangs des partisans. Dans les aléas de l’après-guerre, elles se sont installées à Berlin. Aujourd’hui, ces deux vieilles dames partagent le même appartement, avec le même enthousiasme devant la vie. Un enthousiasme filmé par la petite-fille d’Oma, Alexa Karolinski, où l’évocation de la Shoah se mêle aux plaisirs de la table, où le souvenir des survivants s’ajoute aux dix commandements, où les cauchemars récurrents répondent aux éclats de rire.


Lundi 25 avril, à 1 h 25, sur Arte (et sur Arte +7, en replay).

Haut de page

Voir aussi

Articles récents