La face cachée des concessions autoroutières

Un ancien élu écologiste de Grenoble réclame l’accès aux contrats entre l’État et les entreprises autoroutières.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Raymond Avrillier, ancien élu écologiste de Grenoble, ne lâchera rien. Bercy non plus. Objet du bras de fer : l’accès aux contrats entre l’État et les entreprises autoroutières, signés en avril 2015. Cet été, le tribunal administratif a jugé que le ministère de l’Économie devait transmettre ces documents publics. Mais ce dernier a préféré former un recours devant le Conseil d’État. C’est à se demander quels arrangements Bercy peut bien vouloir cacher, au moment même où le gouvernement lance son nouveau plan autoroutier à un milliard d’euros.


Haut de page

Voir aussi

En Artsakh, sous les bombes

Monde accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.