Le souhait d’une politique globale pour l'intégration des Roms

« Pourquoi ne seraient-ils pas intégrables ? » C'est le titre, volontairement provocateur, d'une rencontre organisée le 22 mars par la sénatrice Esther Benbassa. L'occasion d'insister sur le rôle des politiques publiques dans le processus d'intégration des populations roms.

N ous n'avons pas réussi à changer la situation au niveau national. » C'est sur ce constat sans appel qu'Esther Benbassa, sénatrice EELV, a ouvre la rencontre « Pourquoi ne seraient-ils pas intégrables ? », sur les Roms, qui s'est tenue au Sénat mercredi 22 mars. Cependant, précise-t-elle, il existe des expériences positives au niveau local.

Bien sûr qu'il n'y pas que du positif, il y a aussi les expulsions, les discriminations anti-Roms... Mais on a besoin de ces exemples positifs.

Un de ces exemples, c'est la ville de Strasbourg. Elle est d'ailleurs le centre du colloque puisque l’après-midi commence avec le visionnage du film documentaire d'Anthony Foussard, Roms en France : pourquoi ne seraient-ils pas intégrables, qui décrit la politique d'intégration volontariste de la ville. Sur l'écran, des acteurs municipaux expliquent leurs démarches et des familles roms témoignent. Le message est clair : « Les Roms, tout en gardant leur spécificité, peuvent trouver leur juste place dans la communauté nationale. » Une réponse à Manuel Valls qui avait affirmé, en 2013, que « les Roms ont vocation a revenir en Roumanie et en Bulgarie ».

Il reste 70% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents