« Le Dernier Jour », de Jean-Luc Outers : Permanence des disparus

Dans Le Dernier Jour, Jean-Luc Outers raconte la vie et la mort de six personnes, dont des écrivains et une cinéaste, qui l’ont profondément marqué.

Les six personnages réunis dans Le Dernier Jour, de Jean-Luc Outers, ont au moins deux points communs : être belges et morts. On peut en déceler un troisième : tous ont compté, et comptent encore, dans la vie de l’auteur. Par leurs œuvres, la plupart étant écrivains ou cinéaste (Henri Michaux, Dominique Rolin, Simon Leys, Hugo Claus, Chantal Akerman), ou parce qu’il en a connu certains. Mais, à l’origine de ce livre, il y a sans doute plus que « le dernier hommage que l’on peut rendre à ceux dont l’heure ultime nous sépare durablement », comme l’écrit J.-M. G. Le Clézio dans sa préface, assimilant cette série de textes à ce qu’on nommait jadis des « Tombeaux ». On sent sous la plume de Jean-Luc Outers la volonté de révéler chez ces disparus ce qui aujourd’hui éclate encore de vie : leur singularité irréductible. On pourrait même dire : le scandale qu’ils représentent, non dans son sens spectaculaire, le seul en cours de nos jours, mais de façon plus profonde et donc plus dérangeante.

Il reste 76% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents