À la santé d’Istanbul

À travers l’histoire d’un marchand ambulant, le prix Nobel turc Orhan Pamuk dresse un grandiose portrait-fleuve de la ville qui traverse son œuvre..

Anaïs Heluin  • 6 septembre 2017 abonné·es
À la santé d’Istanbul
© PHOTO : C. Hélie/Gallimard

Orhan Pamuk a beau être souvent lu et interrogé comme un fin analyste de la situation politique turque, il est aussi un romancier sentimental. Il le disait dans Le Romancier naïf et sentimental (Gallimard, 2012), réflexion sur l’art du roman appuyée sur un essai de Friedrich Schiller ; il l’affirme une nouvelle fois dès les premières pages de Cette chose étrange en moi. Paru en Turquie en 2014 avant d’être traduit par Valérie Gay-Aksoy et publié en France chez Gallimard, ce nouveau roman-fleuve

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 5 minutes